voyage écolo

Que vous partiez quelques jours en vacances, ou plusieurs mois pour apprendre une langue à l’étranger, voyager écolo est tout à fait possible ! On partage avec vous nos 10 tips que l’on pratique lors de nos voyages. Mais avant, il faut savoir de quoi on parle…

Si l’on pense souvent que la durabilité consiste à minimiser notre empreinte environnementale, sa définition est en fait beaucoup plus large et englobante que cela. Il y a une dimension sociale et environnementale. Le tourisme durable consiste à trouver un équilibre entre la croissance économique, le bien-être humain et la question environnementale. Il se concentre sur la réduction des impacts négatifs du tourisme et sur l’optimisation de ses bénéfices pour les communautés, les cultures, les écosystèmes et la planète. Le tourisme durable tient compte à la fois des impacts immédiats ressentis aujourd’hui et des impacts à plus long terme qui seront ressentis par les générations futures.

Vous avez probablement vu d’autres termes à la mode tels que « écotourisme », « voyages régénératifs », « voyage éthique » ou « tourisme de nature » et vous vous êtes demandé en quoi ils différaient du « tourisme durable ». Sans entrer dans les nuances de chacun, ces termes ont tendance à avoir un champ d’application plus restreint et à se concentrer sur des applications ou des aspects spécifiques du tourisme durable. Par exemple, l’écotourisme se concentre spécifiquement sur les voyages responsables dans les zones naturelles, tandis que les voyages régénératifs s’attachent davantage à laisser les lieux en meilleur état qu’ils ne l’étaient auparavant et à réparer les dommages qui ont déjà été causés.

écotourisme

1 / Sortez des sentiers battus

Avant la pandémie, de nombreuses destinations étaient littéralement aimées à mort, victimes de leur propre popularité. Les villes historiques, les plages et autres hauts lieux touristiques étaient envahis par des hordes de visiteurs, un phénomène aujourd’hui connu sous le nom de « surtourisme« .

En tant que voyageur, vous pouvez contribuer à prévenir la résurgence du surtourisme en évitant les pièges à touristes et en sortant des sentiers battus. S’il peut être tentant de se rendre dans les mêmes destinations de la bucket list que tout le monde photographie sur Instagram, il peut être encore plus gratifiant d’explorer des endroits moins fréquentés. La réalité est que de nombreux hauts lieux touristiques ne sont pas à la hauteur de leurs attentes…

Sortir des sentiers battus permet aux voyageurs de vivre une expérience plus unique et plus authentique tout en évitant les foules. Cela ne signifie pas qu’il faille planter sa tente au milieu de nulle part, mais cela nécessite quelques recherches supplémentaires. Ne vous contentez pas des listes de destinations et d’attractions « Top 10 », explorez Google Maps ou demandez conseil à des habitants ou à d’autres voyageurs. Au lieu de séjourner dans les grands centres touristiques, visitez des villes plus petites ou rendez-vous dans une région plus rurale !

2 / Ralentissez et restez un moment

Il peut être facile de se prendre la tête en essayant d’en faire le plus possible lors d’un voyage. Après tout, c’est peut-être la seule fois que vous visiterez cette destination. Bien qu’un itinéraire chargé puisse sembler idéal sur le papier, vous passerez probablement la majeure partie de vos vacances à vous précipiter d’un endroit à l’autre. Bien que vous puissiez cocher un grand nombre de sites à visiter, vous n’aurez pas l’occasion d’apprendre à connaître vraiment le pays et la culture. De plus, ce style de tourisme rapide est une recette infaillible pour le stress.

Faites-vous plaisir et donnez-vous plus de temps pour explorer la destination. Au lieu de faire plusieurs voyages courts chaque année, optez pour des vacances plus longues. Une fois arrivé à destination, restez dans la même zone pendant un certain temps au lieu de passer d’un endroit à l’autre.

En ralentissant les choses, vous pourrez vraiment découvrir l’endroit que vous visitez. Lorsque vous n’êtes pas pressé, vous pouvez prendre le temps de vous immerger dans la culture, de nouer des liens plus étroits avec les habitants et de découvrir les charmes uniques de la destination. Prenez un cours de cuisine pour goûter aux saveurs locales et apprendre à préparer des plats traditionnels. Passez une journée à marcher ou à faire du vélo dans la ville et vous serez sûr de découvrir des joyaux cachés, comme un café local original.

Passer plus de temps dans une destination permet de vivre des expériences de voyage plus authentiques, plus mémorables et plus significatives. En même temps, cela réduit la pression sur les villes et les communautés que vous visitez, tout en créant des bénéfices plus importants pour les entreprises locales que vous pouvez soutenir. Autre avantage : les voyages lents sont également meilleurs pour l’environnement puisqu’ils réduisent les émissions de carbone générées par les vols ou les déplacements en voiture entre les destinations.

voyage durable

3 / Le choix de vos modes de transport

Outre le fait de voyager lentement, il existe d’autres moyens de réduire les émissions de carbone produites par votre voyage. Environ 8 % des émissions de carbone dans le monde sont dues aux voyages et au tourisme. En tant que telle, l’industrie du voyage contribue de manière significative au changement climatique, qui constitue l’une des plus graves menaces pour l’avenir du tourisme, des personnes et du monde.

Les voyages en avion, les déplacements en voiture et les autres formes de transport représentent la plus grande partie de l’empreinte carbone du tourisme. Bien que tous les modes de transport nécessitent de l’énergie, certains sont plus efficaces et plus propres que d’autres. La façon dont vous vous rendez à votre destination, dont vous en revenez et dont vous vous y rendez fait la différence.

En général, l’avion et la voiture sont les modes de transport les moins efficaces. Lorsque vous partez en vacances vers des destinations plus proches, voyagez en train ou en autocar pour réduire vos émissions tout en profitant du paysage. Une fois arrivé à destination, envisagez de prendre le bus, de voyager en train ou de faire du vélo plutôt que de louer une voiture. Si vous louez une voiture, optez pour un modèle électrique, hybride ou plus petit.

Gardez à l’esprit qu’il n’existe pas de ligne directrice unique pour le choix du mode de transport, car l’empreinte carbone dépend également du type d’énergie utilisé. L’option la plus durable varie d’une destination à l’autre. Aux Pays-Bas, les trains sont alimentés par l’énergie éolienne, à Washington D.C., les bus ne produisent aucune émission, et en Thaïlande, certains des fameux tuk tuks sont en train de devenir électriques. Renseignez-vous sur les différentes options de transport dans la destination que vous visitez afin de prendre une décision éclairée.

4 / Économiser l’eau et l’énergie

Outre le transport, le tourisme est synonyme de dépense énergétique. Cette consommation, associée à l’utilisation intensive de l’eau par les touristes, peut mettre à rude épreuve les réserves d’eau et les infrastructures énergétiques locales. Les touristes consomment souvent beaucoup plus d’eau et d’énergie que les résidents locaux et de nombreuses destinations ont du mal à répondre à la demande. La hausse des températures mondiales et l’augmentation de la population ne feront qu’exacerber ce problème.

Lorsque vous êtes en vacances, faites ce que vous pouvez pour préserver les ressources locales en eau et en énergie. Éteignez les lumières, la télévision et tout autre appareil électronique lorsque vous ne les utilisez pas. Lorsque vous quittez votre hôtel, éteignez la climatisation. Prenez une douche plutôt qu’un bain et faites en sorte qu’elle soit la plus courte possible. Lavez vos vêtements à la main et accrochez le panneau « Ne pas déranger » pour éviter les lavages inutiles.

Vous pouvez également réduire votre empreinte écologique en séjournant dans un établissement à faible impact. Il peut s’agir d’un hébergement plus petit et plus basique ou d’une propriété plus haut de gamme qui utilise des énergies renouvelables et des technologies économes en eau et en énergie.

5 / Compensez votre empreinte carbone

Bien que vous deviez toujours faire ce que vous pouvez pour minimiser votre consommation d’énergie, certaines émissions de carbone resteront inévitables. Vous pouvez compenser ces inévitables émissions de gaz à effet de serre par un processus connu sous le nom de « compensation carbone ».

La compensation carbone vous permet d’équilibrer l’empreinte carbone de votre voyage en réduisant les émissions ailleurs dans le monde. Il vous suffit de calculer votre empreinte carbone à l’aide d’un calculateur de carbone en ligne, puis d’acheter des compensations équivalentes à la quantité de CO2 que vous avez produite. L’argent de votre achat de compensations sera investi dans des projets qui réduisent les émissions de carbone et d’autres gaz à effet de serre. Par exemple, un projet peut protéger une forêt tropicale contre l’abattage, tandis qu’un autre peut construire un parc éolien ou convertir du fumier de vache en énergie. Les projets de compensation carbone peuvent également générer des avantages qui vont au-delà de la réduction des émissions, comme la création d’emplois locaux ou la conservation d’espèces menacées.

voyage éthique

6 / L’économie locale

De nombreuses communautés souffrent de l’absence de tourisme au cours de l’année écoulée. Vous pouvez les aider à rebondir en veillant à ce que votre argent reste dans l’économie locale.

La meilleure façon de s’assurer que les communautés d’accueil profitent des avantages du tourisme est de soutenir les entreprises et les entrepreneurs locaux. Envisagez de séjourner dans des familles d’accueil et des maisons d’hôtes locales plutôt que dans des hôtels appartenant à des expatriés ou dans des chaînes internationales. Dînez dans des restaurants locaux et savourez des plats traditionnels préparés avec des ingrédients locaux. Sortez de votre zone de confort, amusez-vous à vous balafer dans le marché local, etc.

7 / Respecter les communautés locales

L’un des aspects incroyables des voyages est qu’ils permettent de découvrir d’autres traditions, croyances et modes de vie. Saisissez cette occasion d’élargir vos horizons en acceptant les différences et en vous imprégnant de la culture locale.

Commencez à vous immerger dans d’autres cultures en vous documentant sur l’histoire, les traditions avant de vous rendre sur place. Téléchargez une application linguistique et apprenez quelques phrases dans la langue locale. Sachez que certains gestes, vêtements ou mots sont considérés comme offensants dans certaines destinations. Soyez particulièrement attentif lorsque vous visitez des sites religieux ou spirituels. Ne vous rendez que dans les sites où les touristes sont les bienvenus et respectez les protocoles en vigueur. Dans certains sites, cela peut signifier qu’il faut enlever ses chaussures, se couvrir les épaules, parler à voix basse ou ne pas prendre de photos. Où que vous alliez, n’oubliez pas que la destination que vous visitez est la maison de quelqu’un d’autre !

8 / Éviter le plastique à usage unique

Chaque année, 8 millions de tonnes de plastique finissent dans nos océans. Cela équivaut à un camion poubelle rempli de plastique déversé dans l’océan chaque minute de chaque jour. Ces dernières années, un nombre croissant de consommateurs, d’entreprises et de gouvernements ont commencé à rejeter les plastiques à usage unique. Mais au cours de l’année écoulée, les plastiques à usage unique ont fait leur retour, la pandémie ayant entraîné une augmentation de la consommation de gants en plastique, de récipients pour plats à emporter, de bulles d’emballage et de sacs d’épicerie. Avec la reprise du tourisme, de nombreux hôtels et voyagistes réintroduisent les plastiques à usage unique par mesure d’hygiène. Cependant, de nombreux pays ne disposent pas d’infrastructures de gestion des déchets suffisantes pour faire face à la quantité de déchets plastiques produits par les touristes et les habitants. En conséquence, les plastiques finissent dans des décharges qui débordent ou sont rejetés dans l’environnement où ils peuvent rester pendant des centaines d’années. Avec l’augmentation de la dépendance au plastique due au COVID, il est d’autant plus important de réduire votre propre consommation lorsque vous voyagez.

L’un des objets en plastique les plus utilisés par les touristes est la bouteille à usage unique. Heureusement, il existe une solution simple : apportez votre propre bouteille d’eau réutilisable lors de votre voyage ! Si vous vous inquiétez de la qualité de l’eau dans la destination que vous visitez, apportez une bouteille d’eau avec un purificateur intégré.

Un autre moyen facile de réduire les déchets plastiques est de changer ses habitudes alimentaires. Lorsque vous allez au restaurant, préférez dîner plutôt que de prendre des plats à emporter qui sont généralement accompagnés de sacs, récipients, gobelets et ustensiles en plastique.

9 / Visiter des parcs et des zones protégées

Les parcs nationaux, les sanctuaires marins et les autres zones protégées jouent un rôle important dans la protection des ressources naturelles et de la biodiversité de notre planète. De nombreux pays s’appuient sur les redevances touristiques, telles que les droits d’entrée, les permis d’exploitation ou les taxes sur les lits, pour préserver ces lieux et ces animaux exceptionnels. Chaque année, plus de 8 milliards de personnes visitent les zones protégées du monde, générant environ 850 milliards de dollars de dépenses. Ces dépenses permettent de financer les activités de conservation nécessaires à la protection de ces zones, tout en procurant des revenus aux communautés locales.

10 / Choisir des hébergements et des opérateurs durables

Notre dernier conseil porte sur la manière dont vous pouvez inciter les entreprises à modifier leurs pratiques et contribuer à généraliser les voyages durables. La meilleure façon d’influencer le secteur est de rechercher des entreprises qui réduisent leur impact sur l’environnement et contribuent au bien-être des communautés locales.

Si de nombreuses entreprises ont adopté le voyage durable, il y en a encore beaucoup qui n’en voient pas l’intérêt. Faites-leur savoir que le développement durable est important pour vous en joignant le geste à la parole. Gardez à l’esprit que ce n’est pas parce qu’une entreprise se présente comme « verte » ou « durable » qu’elle l’est nécessairement. Recherchez des informations sur les pratiques et politiques spécifiques qu’elle a mises en œuvre et posez des questions pour montrer que vous tenez compte de la durabilité dans vos décisions d’achat. Quelles sont les pratiques de conservation de l’énergie et de l’eau mises en place ? Ont-ils éliminé les plastiques à usage unique ? Comment promeut-elle la diversité et l’inclusion ? Embauche-t-elle des personnes locales pour les postes de direction ? Donne-t-elle la priorité aux fournisseurs et producteurs locaux ? Encouragent-elles les interactions responsables avec la faune et la flore ?

  • meilleure éponge lavable
  • la fourche avis
  • coque biodégradable
  • alternative aroma zone
  • sextoys ecologique
  • Porno féministe
  • Vêtement bio
  • comme avant avis
  • prix nettoyage tapis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *